Le rêve d'enfant de Dennis Tito

Le milliardaire américain Dennis Tito, 60 ans, a réalisé son rêve d'enfance : s'envoler dans l'espace en payant tout de même 20 millions de dollars à la Russie (plus de 140 millions de francs, plus de 22 millions d'euros) pour un séjour d'une semaine à bord de la station spatiale internationale, malgré les réticences des pays participants à l'ISS.

Ce projet (devenu réalité) a provoqué de sérieuses tensions entre Moscou et Washington, principaux partenaires de l'ISS. La NASA s'opposait vivement au vol de Tito, officiellement pour des raisons de sécurité, évoquant sa "préoccupation concernant le niveau d'entraînement de M. Tito". Officieusement, les Américains ne souhaitaient pas créer un précédent vis à vis des Russes qui, à court de financement pour leur programme spatial, pourraient multiplier à l'avenir les voyages dans l'espace de millionaires. Depuis l'explosion de la navette Challenger, en janvier 1986, qui causa la mort de 6 astronautes et d'une institutrice, la NASA n'est plus autorisée à envoyer des civils dans l'espace.

Après plusieurs semaines de polémique, la NASA a finalement donné son feu vert au vol du "touriste", l'obligeant à signer deux documents dans lesquels il s'engage à ne pas porter plainte contre les responsables de l'ISS en cas d'accident et à rembourser les éventuels dommages qu'il pourrait causer à la station.

Dennis Tito a passé la plus grande partie de son temps à bord du module russe de service Zvezda. Lorsqu'il ira dans les parties non russes du complexe orbital, il devra être escorté par un membre de l'équipage Expedition 2 qui vit à bord de la station. Il devrait passer la majeur partie de son temps à prendre des photos de l'esoace avec un équipement ultramoderne. Sa société d'investissements, Wilshire Associates, est aujourd'hui l'une des plus grosses des Etats-Unis et gère plus de 500 milliards de dollars d'actifs.

L'objectif de cette mission de 1 semaine était la livraison d'un nouveau vaiseau de secours pour que l'équipage de la station puisse revenir sur Terre en cas d'urgence. Un soyouz est attaché en permanence sur l'ISS, mais son délai de garantie se limite à 6 moix, ce qui nécessite l'envoie d'un nouveau vaisseau deux fois par an.

Le lancement

Tito, Talgat Mousabaïev et Iouri Batourine ont décollé samedi 28 avril 2001 à 09h37 heure de Paris (07h37 GMT) du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, à bord d'une capsule russe Soyouz-TM qui devrait s'arrimer lundi 30 à l'ISS. La capsule Soyouz s'est séparée neuf minutes après le décollage du lanceur, et a atteint son orbite.

Le retour sur terre

Le vaisseau Soyouz avec lequel il regagnait la Terre avec deux cosmonautes russes après un séjour à bord de la Station Spatiale Internationale (ISS) s'est posé en douceur dimanche matin à 07H35 GMT+2 (heure de Paris). "C'était le paradis. J'ai réalisé mon rêve", a-t-il déclaré sur les lieux de l'atterrissage, dans la steppe du Kazakhstan, près d'Arkalyk.



index